• Voici les documents pour mon évaluation de début d’année en Maîtrise de la Langue pour mon groupe d’élèves le plus avancé.   Evaluation en MLF - Niveau 2

    La partie DIRE n’est pas une évaluation au sens strict, mais plutôt une série de grilles  que je remplis avec mes observations du le quotidien de la classe. J’y ai mis quelques supports pouvant servir à des exercices plus ciblés. : ------->  ICI  

    Certains exercices de la partie ECRIRE / EDL ne concerneront qu’un ou deux élèves cette année (les items de grammaire en particulier), et d’autres qui seront passés en collectif pour gagner du temps (la copie et la production d’écrits) : -------->  ICI 

    La partie LIRE comporte en plus des exercices de compréhension orale, pour me permettre d’évaluer l’accès au sens des élèves non-lecteurs et faibles déchiffreurs: --------> ICI

    Si vous débutez en Clis, ne vous sentez pas obligé de mettre en place un tel chantier des la première période. Il vous semblera sans doute plus opportun de travailler à former le groupe classe, à construire des habitudes de travail et cela ne vous empêchera pas de commencer à connaître les points forts et les difficultés de vos élèves. Vous aurez malgré tout besoin d’éléments concrets pour rédiger les projets des élèves et pour appuyer vos arguments lors des réunions d’Equipe de Suivi, n’hésitez pas à demander au psychologue scolaire et à l’enseignant référent les anciens dossiers scolaires de vos élèves, ce sera une base de départ.



    1 commentaire
  • Voici les documents pour mon évaluation de début d’année en mathématiques et découverte du mondeEvaluation en Mathématiques - Niveau 1, pour mon groupe d’élèves le plus en difficultés. Les exercices sont reliéà un item du Livret de Compétences, ce qui facilite la rédaction des bulletins et des projets individuels.

    --> lien vers les exercices et la grille d'observations

    Dans la mesure du possible, je m’arrange pour prendre les élèves individuellement pour leur faire expliciter leurs procédures et pour apporter une aide si nécessaire. Du coup, pour garder une trace de ces échanges, j’utilise une grille pour noter ce que j’observe et j’utilise un code pour visualiser plus facilement quel type d’aide j’ai eu à apporter (matériel ou simple étayage verbal…). Cela me permet ensuite de mieux repérer où se situent les besoins des élèves, leur fameuse ZPD.

    Le document contient une quantité d’exercices qui peut paraître impressionnante mais je me donne jusqu'à la Toussaint pour évaluer tout mon groupe.


    Normalement j'ai cité au maximum mes sources pour les images, si je vous ai oublié faites moi signe!

     


    2 commentaires
  • Dans cette méthode, le matériel (des jetons de formes et de couleurs différentes) sert à symboliser les mots et les principales natures et fonctions grammaticales.

     La méthode des jetons

    On trouve facilement sur le net des exemples des symboles utilisés. Un CD-Rom accompagne la méthode, on y voit des vidéos d’enfants en séance de  rééducation. Il n’est plus édité on mais peut le trouver en fouillant dans certains CRDP, chez les collègues du  RASED ou chez les orthophonistes. Il n'est pas forcement necessaire pour comprendre la demarche, le gros du travail pour l'enseignant c'est de préparer et de mémoriser chaque symbole. J'ai fait une petite capture d'un extrait.C'est de la bidouille alors je m'excuse d'avance pour la mauvaise qualité

    L’avantage majeur de cet outil c’est qu’il permet de se passer de l’écrit pour réfléchir sur la langue. Il permet de visualiser le langage oral et est donc adapté à des élèves non lecteurs.

    Il est modulable selon le niveau des élèves, on peut introduire de plus en plus de précisions quant à la nature et la fonction des mots. Enfin, pour les élèves les plus à l’aise, il facilite le lien oral/écrit et l’amélioration des productions écrites, en permettant de revenir sur les soucis de syntaxe.

    Quelques liens : --> ICI --> LA --> et aussi LA

    Merci à ma cop's Marie pour le CR-ROM

     


    1 commentaire
  • La première séquence cette année en Etude de la Langue portera sur la notion de phrase. Je vais partir de la démarche de la méthode « Réussir son entrée en grammaire »  pour introduire la notion, en classe entière. J’ai retapé et modifié le texte de base avec le code couleur que nous utilisons en classe -->  ICI. Je mettrai quelques fiches de préparation en ligne mais la démarche générale restera très calée sur celle du livre de chez Retz.

    J’ai adapté le matériel (il est un peu petit dans le CD-Rom), quelques exercices d'application (spécifiques à ma classe, mais adaptables à la votre si ça vous plaît) et une trace écrite --> ICI, ICI et LA.

    Grammaire 1 : la phrase

    Lors des temps de travail en atelier, je différencierai un peu les approches.

    Certains de mes élèves ont des difficultés à segmenter un énoncé verbal en mots. Quand ils parlent, ils oublient souvent les déterminants, les conjonctions, les connecteurs. Pour eux, en petit groupe, je mettrai en place un travail axé sur l’oral : codage/décodage et transformations de phrases avec la méthode des jetons entre autres --> ICI.

     Grammaire 1 : la phrase

    Pour faire le lien avec la production d’écrits, ils pourront construire des phrases avec les étiquettes de leur dictionnaire ou de façon plus autonome. Comme je l'avais précisé plus tôt, l'EDL est ma priorité cette année. Compte tenu de l'hétérogénéité de mon groupe, il y aura sûrement beaucoup de cafouillages, je vous tiendrai au courant en septembre.

    Nouveau : Voici une fiche de séquence détaillée et un document d’évaluation proposés gentiment par Claire : -- > ICI et --> LA



    4 commentaires
  • Tout d’abord, pour se remettre au clair sur les différents types d’évaluation je vous renvoie à ce joli tableau de l’inspection académique de Rouen : ICI

    Comme le précise la circulaire de 2009, les élèves entrant dans la CLIS doivent être évalués rapidement.

    L'admission de l'élève est prononcée par le directeur de l'école et devra être immédiatement suivie d'une évaluation pédagogique de ses compétences et de ses connaissances réalisée sous la responsabilité de l'enseignant de la classe.

    J’y passe une bonne partie de la première période (tout en commençant divers projets pour souder le groupe et lancer la dynamique de classe). Voici ma façon de faire qui n’est bien sur pas la seule ni la meilleure, mais qui me convient pour l’instant.

    Certaines compétences et difficultés se voient rapidement, d’autres demandent plus de temps, et des observations plus détaillées sont nécessaires pour comprendre le fonctionnement cognitif des élèves, leur « profil d’apprenant » pour parler en gros mots  (comment ils font, par où ils passent, qu’est ce qu’ils utilisent).

    Evaluer en début d'année Evaluer en début d'année

    J’utilise beaucoup de grilles que je renseigne au fur et à mesure de l’avancement de la période (comportement, autonomie…) --> Grilles d'observation

    Je prépare des évaluations plus classiques en choisissant des exercices pertinents dans les anciennes évaluations CE1 et CE2, dans les nouvelles évaluations CE1, sur le site Banqoutils, ou sur des sites de groupes de recherche.

    Voici des liens vers ce que j'ai prévu pour cette année :

              Mathématiques et DDM

              MLF

    J’essaye d’y ajouter quelques exercices spécifiques, en lien avec les troubles cognitifs que peuvent présenter mes élèves : difficultés langagières, difficultés de décentration, de catégorisation, de mémorisation, de compréhension de l’information… --> Bientôt un lien

    C’est un travail contraignant, qui donne l’impression de perdre un temps fou en début d’année et qui demande des temps quasi-individuels entre l’enseignant et l’élève (les autres sont donc obligés d’être autonomes rapidement, surtout sans AVS). Heureusement, toutes ces démarches n’ont pas juste pour but de mettre les enfants dans des cases. Il faut plutôt les voir comme une aide pour pouvoir ensuite placer son enseignement au plus près de leurs besoins. Même si je suis contente de mon fonctionnement, je modifie mes évaluations tous les ans...A la rentrée, j'aurai certains de mes zozos pour la 3eme année consécutive. Je les connais de mieux en mieux et je peux encore plus cibler ce que je veux observer.

    Ces évaluations permettront de prévoir et d’organiser pour chaque élève un projet individuel. Il définira, pour chaque domaine d’apprentissage du Socle Commun des Connaissances, les objectifs à atteindre et les moyens et adaptations à mettre en œuvre en fonction des besoins repérés, des points d'appuis et du fonctionnement cognitif de l’élève. --> Bientôt un lien vers des exemples de projets !

     BD : Calvin et Hobbes, Bill Waterson

     


    7 commentaires
  • Un affichage pour repérer la droite et la gauche

    Dans la rubrique Découverte du Monde j'ai mis un blabla sur la latéralisation. Vous y trouverez des idées d'affichages : --> ICI 

    A bientôt !

     


    votre commentaire
  • Voici quelques pistes sur le repérage de la droite et de la gauche, bidouillées à partir d’informations récoltées ça et là lors de la préparation du CAFIPEMF.

    La latéralité, c’est le fait qu'il y ait une différence entre le côté droit et le côté gauche du coprs. Cela ne concerne pas seulement les mains, mais aussi les yeux, et tous les organes pairs. Il y a dominance d'un côté du corps sur l'autre : on vise avec un œil plutôt que l’autre, on prend appel sur un pied plutôt que l’autre, on est droitier ou gaucher.

    Lu sur wikipedia : Nous comptons dans notre société actuelle 87% de droitiers, 12% de gauchers et moins de 1% d'ambidextres (qui utilisent indifféremment ses deux mains, avec une égale facilité).

    La différence entre les deux côtés commence à se mettre en place vers l’âge de 3 ans. Pour les tâches de motricité fine (écriture, découpage...), la différence entre main droite et main gauche se stabilise vers l’âge de 6-7 ans (ou pas …). C’est en Grande Section que la distinction Droite/Gauche (la latéralisation) apparaît explicitement dans les IO :

    Se repérer dans l’espace : Tout au long de l’école maternelle, les enfants apprennent à se déplacer dans l’espace de l’école et dans son environnement immédiat. Ils parviennent à se situer par rapport à des objets ou à d’autres personnes, à situer des objets ou des personnes les uns par rapport aux autres ou par rapport à d’autres repères, ce qui suppose une décentration pour adopter un autre point de vue que le sien propre. En fin d’école maternelle, ils distinguent leur gauche et leur droite. Les enfants effectuent des itinéraires en fonction de consignes variées et en rendent compte (récits, représentations graphiques). Les activités dans lesquelles il faut passer du plan horizontal au plan vertical ou inversement, et conserver les positions relatives des objets ou des éléments représentés, font l’objet d’une attention particulière. Elles préparent à l’orientation dans l’espace graphique. Le repérage dans l’espace d’une page ou d’une feuille de papier, sur une ligne orientée se fait en lien avec la lecture et l’écriture.

    Pour nos élèves, la multiplication des « encodages » favorise l’acquisition des concepts de droite et de gauche.

    Encodage affectif et kinesthésique : D.Dumont propose tout d’abord des petits tests pour repérer la latéralité des élèves. Ensuite, elle fait appel à des repères  extérieurs chargés affectivement, en lien avec des histoires racontées en classe par exemple (ICI).

    Aux Etats-Unis, j’accrochais un bracelet au poignet droit de mes élèves pendant les premières semaines de classe, à chaque fois que nous parlions de droite ou de gauche c’était en y faisant référence.

    Les enfants ont aussi leurs repères personnels : la droite c’est du côté où j’écris, la gauche c’est du côté où j’ai un grain de beauté…

    Encodage visuel : Les couleurs favorisent l’encodage visuel : je garde le vert pour la droite et le rouge pour la gauche. Les affichages sont aussi un support intéressant : au tableau face aux élèves (--> ICI ), ou sur leur pupitre (une gommette verte à droite, une rouge à gauche).

    Droite et gauche

    Droite et gauche

    De nombreux moyens mnémotechniques existent, celui-ci me plait particulièrement : visualisez un mot qui commence par G et se termine pas D,  choisissez celui que vous préférez (Ex : GéralD  ).

    Si vous avez d’autres astuces, je suis preneuse ! N’hésitez pas a partager ce que vous avez mis en place dans vos classes.

    Voici quelques liens  :chez loupglacé, chez gommetgriboullages, chez Lakanal.

    A venir, des pistes sur les capacités de décentration : en quoi c'est une capacité essentielle, des exemples d'evaluation...



    7 commentaires
  • J’ai acheté cet ouvrage de chez Retz il y a au moins 2 ans mais j’ai toujours eu la flemme  de photocopier et de colorier le matériel. Trois coups de scanner et de Photoshop plus tard et voici certains jeux prêts à imprimer et à plastifier ! Je vais les utiliser avec mes élèves les plus en difficulté à l'oral, mais aussi avec les autres pour les aider à complexifier leur syntaxe.

     La grammaire avec les jeux de cartes

    Je mets en ligne les cartes pour les premiers jeux , en vous laissant le soin de vous procurer l'ouvrage pour en connaître les règles.

    1ère serie : ICI

    2ème serie : ICI

    3ème serie : ICI

    4ème serie : LA

    5ème serie : PAR-CI

    6ème serie : PAR-LA

    7ème serie : ICI

    8ème serie : ICI 

    9ème serie : LA

    10ème serie : ICI

    11ème serie : LA



    27 commentaires
  • Faire du lien entre les notions, c’est un peu réaliser que ce que l’on apprend en grammaire, en orthographe et en vocabulaire peut servir à mieux lire et mieux écrire des textes. Au delà des exercices classiques que je peux proposer à mes élèves, je compte évaluer en grande partie les progrès de mes élèves au travers de l’évolution de leurs écrit.

    Pour les aider dans ce sens, je leur propose cette année un dictionnaire personnalisé, sorte « d’outil pour écrire » inspiré par la méthode Ribambelle. Comme je ne suis jamais totalement satisfaite de ce genre de livret, j’ai choisi d’en créer un moi-même pour qu’il soit modifiable à volonté. Il se présente sous la forme de planches thématiques, classées dans un lutin. Sur chaque planche je reporte les personnages de la méthode « Réussir son entrée en grammaire au CE1 » et les codes couleur de la « méthode des jetons », toujours pour aider mes élèves à faire du lien entre ce dictionnaire et les leçons d’EDL. Chaque planche sera reproduite, plastifiée et découpée pour obtenir un ensemble d’étiquettes-mots utilisables lors des temps de manipulation. Pour favoriser la mémorisation des concepts grammaticaux, les planches sont classées selon la nature des mots, puis par thèmes.

    Le dictionnaire de la classe

    Voici deja quelques exemples, le reste viendra en cours d’année.

    Les verbes sont  pour l'instant ---> ICI

    Les noms et adjectifs sont pour l'instant ---> ICI  et  LA (thèmes pour le début d'année - documents lourds)

    Les petits mots seront ---> ICI

    Les expressions seront ---> ICI

    Si vous êtes intéressés par les fichiers modifiables, il suffit de d'mander gentillement .

    Voici quelques liens vers les sites de picto dont je me suis servi : ICI, LA, ou ENCORE LA.

    Je viens de trouver sur ce super blog une idée pour exploiter ce dico avec mes non-lecteurs : les albums adaptés

    Remarque 1 : Pourquoi les verbes sont ils présentés uniquement sous une forme conjuguée à la 3ème personne du singulier? Parce que je veux pouvoir utiliser les étiquettes avec mon groupe de non-lecteurs pour faire des phrases du type S / V / C (le chat / mange / la souris).

    Remarque 2 : Pourquoi mélanger adverbes et prépositions ? Parce que selon le contexte le même mot pourra avoir l'une ou l'autre de ces natures (Il va derrière le mur / Je l'ai mis derrière).

    Remarque 3 : Les précisions grammaticales sont-elles utiles à tous les groupes ? Non mais j'espère que cet outil les suivra tout au long de leur scolarité dans la CLIS et que par imprégnation quelques notions vont se stabiliser. Pour les plus avancés, cela permet de faire le lien avec ce qui est vu en scolarisation partagée. 

    Remarque 4 : Qu'est ce qui oriente le choix des thèmes? Le vie de la classe, l’échelle Dubois-Buyse et les propositions du Ministère ( ICI )  

    Remarque 5 : Pourquoi avoir choisi seulement quelques consignes dans la catégorie des verbes ? Parce qu'un affichage spécifique existe dans la classe, du coup j'ai mis dans le dictionnaire ce qui me semblait le plus utile pour la production d’écrits.

    Remarque 6 : Comment faire évoluer cet outil? C'est un document Publisher, il est facile de modifier ou de créer d'autres planches selon les besoins des élèves.Il peut servir de référence pour l'apprentissage de l'orthographe des mots (en donnant des planches à apprendre par exemple)

    Remarque 7 : Qu'est ce qui oriente le choix de symboles et de pictos? Mes élèves ont l'habitude de créer et d'utiliser des symboles. Pour les planches deja réalisées, j'ai utilisé beaucoup d'images qu'ils connaissent déjà, voire qu'ils ont inventés eux-mêmes (les animaux par exemple). Ils pourront pour les planches à venir, proposer leurs propres pictos

     


    9 commentaires