• J’ai de la chance d’avoir beaucoup de jeux dans ma classe, des jeux pédagogiques mais aussi une grande salle de « détente » avec non plus des jeux mais…des jouets. C’est fascinant de les écouter jouer au papa et à la maman, à la marchande ou à la coiffeuse (le jeu symbolique, j’y reviendrai…).

    Seulement voila, une seconde d’inattention et le « rush hour » tout neuf qui est censé rester du côté classe, atterri du côté jeu, les petites voitures servent à organiser un rallye géant et paf, la voiture orange disparaît, écrasée sous une chaussure ou perdue au fond de la boite de legos…Il y a aussi les billes de « Margot l’escargot » qui trainent partout en fin de journée et qui sont une menace sournoise à la sécurité physique du personnel de service.

    Ce matin, en rangeant tout ce bazar,  j’ai eu une idée tellement évidente que je me demande pourquoi il m’a fallu 3 ans avant d’y penser…J’ai classé les jeux en trois categories :

    1-ceux que l’on peut utiliser librement (memory, UNO, puissance 4…) : des jeux appréciés mais un p’tit peu pédagogiques quand même,

    2-ceux pour lesquels il faut d’abord demander à la maîtresse si elle est d’accord (jenga, SOS ouistitis, les multimouches, rush hour…) : des jeux qui font du bruit que je suis pas toujours disposée à supporter, ou qui comportent des petites pièces et qui nécessitent mon attention au moment du rangement),

    3-et enfin, les jeux « interdits », ceux auxquels on ne peut jouer qu’avec un adulte parce que trop compliqués ou ceux à valeur « exceptionnelle » (twister, pictionnary…)

    J'ai le droit ou pas?

    J’ai codé chaque catégorie avec des gommettes vertes, oranges ou rouges. Les jeux pourront changer de categorie (en cas d'abus, de comportements de mauvais joueur, ou quand une regle est assimilee et qu'ils sont autonmes).

    Je pourrais bien user de mon pouvoir en mettant dans la balance comme « carotte » (oui oui, ca m'arrive, la motivation intrinseque pas gagné pour tous mes zozos) le droit de jouer aux jeux oranges sans mon autorisation, voire même le droit de jouer à un jeu rouge (les petites voitures, l’ultime récompense pour mes garçons !)...

    Sur ma lancée je me vois bien utiliser ce codage pour les logiciels et internet (du vert pour Top Chrono, de l’orange pour Poisson Rouge et du rouge pour les sites de jeux) ou pour la réserve de matériel (en vert tu peux te servir sans demander etc…).

    Je teste dès la rentrée !

    PS: parfois il leur manque juste un codage visuel..j’ai passé 1 an à leur interdire de sortir par la porte de la salle de jeux, le jour ou j’y ai collé un sens interdit c’était réglé !



    2 commentaires
  • Lecture compréhension : les inférencesLisez ceci : « Je vais faire le plein ». Quelles images vous viennent en tête ? Une station essence, votre voiture…Maintenant lisez ceci : « Je vais faire le plein de courses cette semaine ». L’image se précise, il n’est plus question de carburant mais d’épicerie, peut- être voyez vous un caddie, les rayons d’un supermarché ou les étals de votre primeur.

    Deuxième essai, lisez ceci : « Je ne retrouve pas mon jeton ». Jeton de poker, jeton de jeu de société…Si vous êtes resté au supermarché vous penserez sans doute au jeton de caddie, et la suite de la phrase vous confortera dans cette représentation : « J’espère que j’ai une pièce de un euro dans mon porte-monnaie ».

    Une des composantes de la compréhension en lecture c’est la capacité à faire des inférences : c'est-à-dire combiner les informations du texte (les mots et la syntaxe) avec ses propres connaissances, son bagage culturel, son vécu.  Parfois la base de connaissance est incomplète et le texte lu ne fait écho a rien de connu (un enfant ayant grandi au bord de la Méditerranée n’aura pas forcement les connaissances pour comprendre de quoi parle la phrase «Quand elle est basse il faut marcher loin»).  Les élèves de Clis peuvent en plus avoir du mal à relier ce qu’ils lisent à leur base de connaissances stockée en mémoire à long terme. Pour les y aider une des pistes de travail c’est de rendre cette démarche explicite, de la mettre en mots.  

    Pour cela j’utilise beaucoup l’outil Lire/Lier de Lan Trividic qui permet de travailler sur l’accès à l’implicite des textes. Il s’agit d’une série de 12 planches de photos, accompagnées de cartes textes charges d’implicite (3 niveaux de lecture).Lecture compréhension : les inférences

    Exemple de planche photo (site de Retz) : ICI

    Exemple de cartes textes  (site de Retz) : LA

    Mon fonctionnement est encore une fois très ritualisé pour aider mes élèves à anticiper sur mes attentes, à se repérer dans le déroulement de l’activité. Je les regroupe en atelier et chacun reçoit une carte texte à lire (je les ai retapées avec mon code d’aide au déchiffrage pour ceux qui en ont besoin).

    Cartes textes avec aide à la lecture: Planche 1, Planche 2

    Le premier élève lit sa carte à voix haute. Par exemple : « Attention à tes doigts. ». Ensemble ils essayent de déterminer de quelle situation il s’agit, et j’insiste sur la nécessite de justifier chaque proposition : on doit faire attention à ses doigts quand on utilise des ciseaux, quand on ferme la porte…. On passe ensuite à un autre élève, qui lit à son tour sa phrase. Par exemple : « Karim va couper le sapin ». Les représentations qui viennent tournent autour de Noel, des outils, parfois on se dit qu’il faut faire attention à ses doigts avec les outils… Quand tout le monde est passé, je sors la planche de photos et on cherche à apparier textes et images. Il subsiste quelques pièges, certaines images peuvent correspondre à plusieurs cartes texte (le crabe pince les doigts, la tronçonneuse peut les couper !) charge donc aux élèves de procéder par élimination (et de verbaliser leur raisonnement) pour finir l’exercice.

    Je choisis de ne pas présenter les images tout de suite pour amener mes élèves à utiliser leurs représentations personnelles, pour favoriser l’évocation d’images mentales. Par la suite, si je choisis de retravailler avec la même planche, l’activité ne sera pas tout à fait identique, s’y ajoutera la prise d’indices dans l’illustration qui fera office d’aide au rappel en mémoire.

    Certains textes font aussi appel à la capacité à gérer les marqueurs linguistiques (accords, anaphores…) comme dans la phrase : «  Il peut aller à 300 km/h » qui a longtemps fait hésiter mes élèves entre une photo de fusée et une photo de TGV.

    Mon groupe de lecteur est plutôt hétérogène, la possibilité de travailler avec 3 niveaux de lecture pour les cartes textes est donc tout à fait appréciable ! J’utilise moins la deuxième partie qui implique un passage à l’écrit difficile pour mes zozos, mais elle constitue une banque intéressante de petits textes pour travailler l’implicite en atelier ou en grand groupe. Bref c'est un outil très complet !

     

    Et pour inférer et rigoler, le site de "blabla" et ses trouvailles, de grands moments en perspective ---> ICI



    2 commentaires
  • Un petit affichage tout bête pour aider mon "maître du tempsà repérer l'heure et à me rappeler qu'il serait temps de se mettre à ranger pour 1-descendre en récré, 2-descendre manger, 3-rentrer à la maison ! Il en faudrait un autre pour me faire penser à mettre des piles dans l'horloge!

    Structurer le temps : l'horloge

     


    3 commentaires
  • Les interdits des petits et des grandsVoici un livre sérieux à la manière d'un inventaire. Une première partie sur les interdits des enfants, du plus anodin au plus grave "écraser les fleurs c'est interdit, jouer avec une arme c'est interdit..." puis une seconde partie sur les interdits des adultes, pour le coup, tous graves "faire travailler un enfant c'est interdit, toucher la zezette d'un enfant c'est interdit..". Des illustrations stylisées mais très claires accompagnent le tout. Un peu brut de décoffrage mais permettant un rappel nécessaire des droits de chacun. Pas forcement à lire en début d’année, mieux vaut attendre de connaître un peu le groupe classe, le vécu des eleves et leurs capacités à prendre du recul.



    votre commentaire
  • En lien avec ÇA, voici un album plutôt pédagogique, sur le theme de la motivation scolaire. Sam apprend à aimer l'ecoleQu'est ce qui motive les élèves? De la récompense à la satisfaction d'apprendre, les deux héros de l'histoire se font le reflet de ce qu'on peut retrouver chez nos eleves.  

    L'histoire est peut être un peu trop belle pour être vraie (le petit héros retrouve plutôt rapidement le goût de l’école), mais elle peut servir de support lors de séances sur ce theme, ou lors de débats philo. A la fin de l'ouvrage on trouve quelques pistes théoriques intéressantes pour réfléchir sur la motivation.

    Lisez le début ----> ICI



    2 commentaires
  • Un rituel devient routine et se vide de son sens s’il n’évolue pas. Cette évolution doit se faire en fonction d’objectifs d’apprentissage précis et pour les fixer, et bien…il faut évaluer les progrès des élèves.Evaluer les apprentissages ritualisés : le calendrier

    On peut profiter du temps du rituel pour observer les élèves en contexte, cela permettra à la fois d’estimer leurs progrès et les difficultés qui persistent mais aussi d’envisager les réajustements nécessaires (quand tout le monde a compris qu’avant lundi c’est dimanche, on peut complexifier un peu en introduisant le mot « veille » ).

    Voici des exemples de grille d’observation , que je remplis assez régulièrement, construits avec l'aide de mon CPC-ASH.

    --> Grille Calendrier

    --> Grille "Chaque jour compte"

    Quand j’ai observé au moins trois fois lors du rituel une réussite à un item de la grille, j’inscris la date et je  valide la sous-compétence concernée.

    Ce n’est bien sûr pas la seule façon d’évaluer mes élèves en cours d’année…exercices classiques et situations complexes d’évaluation…des pistes bientôt .



    14 commentaires
  • Chaque jour compte : les étiquettes nombres

    Voici mes flashcards "représentation du nombre" pour la premiere semaine d'école dans le cadre du rituel "Chaque jour compte ".

    --> ICI et LA en version modifiable

    Fanny46 a eu la gentillesse de m'envoyer les siennes pour les 10 premiers jours d'école, je vous les propose avec son accord.

    --> ICI (documents zippés)

    Il vous faudra la police Cartapoints3 et Pitchou téléchargeables LA et LA

    Voici aussi l'abaque et la ligne graduée sous word si necessaire :

    --> ICI

     


    12 commentaires
  • Je laisse mes élèves vous raconter un vendredi dans la classe par l'intermédiaire de notre mascotte.

    Pour télécharger le document  : --> Un vendredi dans la Clis




    votre commentaire
  • Construire le nombre : Chaque jour compteJ’ai eu l’opportunité de participer au programme d’échange du CODOFIL et d’enseigner pendant l’année scolaire 2006-2007 en classe de Kindergarten (équivalent de notre Grande Section) dans une école publique louisianaise.  J’ai découvert et mis en place dans ce cadre des dispositifs pédagogiques originaux, parfois déconcertants. A mon retour, je me suis donné comme objectif d’en  expérimenter certains dans ma classe.J’ai tout de suite eu envie de transférer en priorité un rituel mathématique développé par le système scolaire américain et utilisé par les enseignants jusqu’au 5ème grade (équivalent de  notre CM2). Au cours des trois dernières années, j’ai tenté de me l’approprier pour l’adapter aux exigences des programmes français et au profil de mes élèves. Je mets donc chaque matin en place dans ma classe, le rituel que j’ai rebaptisé « Chaque jour compte », et dont le support est le dénombrement des jours d’école. 

    La  phase d’enrôlement du rituel consiste à lancer aux élèves, le jour de la rentrée, le défi de « deviner quand tombera le 100ème jour d’école ». Les propositions précieusement notées, je leur propose divers supports pour garder trace du dénombrement. En parallèle, la classe se constitue une tirelire dans laquelle les élèves ajoutent 1€ chaque jour avec en tête la question « quelle somme posséderons-nous en fin d’année ? ».

    Le rituel s’articule autour de trois moments clefs que les élèves apprennent à nommer et à repérer à l’aide de phrases rituelles de transition.

    Supports

    Objectif principal

    Activités quotidiennes

    Phrase rituelle

    « Le tableau »

    Création progressive d’un tableau des nombres

    Inscrire sur le tableau le nombre du jour, repérer quelques-unes de ses propriétés.

    « Aujourd’hui c’est  le Xieme jour d’école »

    « Le compteur »  « La tirelire »

    Constitution de collections d’objets pour représenter le nombre du jour

    Ajouter une paille dans le compteur, faire des groupements si nécessaire.

    Ajouter 1€ dans la tirelire, faire des échanges si nécessaire.

    « Aujourd’hui nous avons X pailles dans le compteur et X € dans la tirelire »

    « Le nombre du jour »

    Synthèse des représentations possibles / dictionnaire des nombres

    Proposer et expliciter des représentations analogiques et analytiques du nombre du jour

    « Le nombre du jour est X » - « Une des façons de représenter X c’est… »

    1ere phase :préparation des supports par l’élève ou le groupe responsable

    Inscription du nombre du jour

    Ajout d’1 paille dans le compteur

    Ajout d’1 euro dans la tirelire

    Chaque jour compte

    -codage des nombres pairs par un point vert

    -codage des multiples de 5 par un trait noir

     Chaque jour compte

    -groupement des paquets de 10 pailles avec un élastique

    -inscription des valeurs sur un tableau C/D/U

    Chaque jour compte

     

    -échanges pour obtenir la tirelire la moins lourde possible

    -décomposition de la somme obtenue sur l’ardoise

    2eme phase : échanges et exercices pour structurer la suite numérique et conceptualiser la numération

    Autour du tableau des nombres

    Autour  du compteur

    Autour de la tirelire

    -compter à partir de ou jusqu’au nombre du jour, dans les 2 sens, de 2 en 2, de 5 en 5, de 10 en 10…

    -explicitation des régularités

    -anticipation sur les jours suivants

    - trouver le plus vite possible un nombre à partir d’indices

    - ajouter, retrancher 10 ou des multiples de 10 au nombre du jour

    -dénombrer la collection de pailles

    partir d’une collection désorganisée de pailles, reconstituer le nombre du jour

    -ajouter ou retirer du matériel et observer le résultat sur l’écriture chiffrée du nombre

    -assembler deux collections de pailles

    -partager la collection de pailles

     

    -composer la somme du jour avec le plus de pièces possibles

    -composer la somme du jour avec le moins de pièces possible

    3eme phase : échanges et exercices pour utiliser les représentations proposées par les élèves

    Chaque jour compte

    Représentation analogique

    Représentation analytique

    -un élève propose une représentation

    -si nécessaire il la réalise avec du matériel

    -il l’explicite

    -il place ensuite la « flashcard » dans la pochette

    -un élève dicte une proposition qui est écrite au tableau

    -il l’explicite

    -il place ensuite la « flashcard » dans la pochette

    -comparaison avec les nombres précédents, anticipation sur le nombre suivants

    -avec les « flashcards » : jeux de reconnaissance rapide, recherche d’intrus, jeux de bataille …

    -dans une série de représentations, les élèves doivent retrouver celles du nombre du jour et les placer dans la pochette

    -les élèves peuvent réaliser seuls ou en groupe les « flashcards » du nombre du jour

    Les activités du rituel participent à la construction progressive de la notion de nombre en offrant de multiples voies d’accès aux contenus d’apprentissage, en permettant de travailler avec chaque élève à un niveau d’abstraction adapté à ses besoins. Les élèves structurent mieux la suite numérique, ils accèdent à la compréhension du système décimal et font plus de liens entre les différentes représentations d’un même nombre. La répétition des activités sollicite la mémoire épisodique et l’attention portée aux équivalences entre les représentations, aux liens entre les nombres, aide à l’organisation des savoirs en mémoire à long terme.

    Quelques documents à télécharger...

    --> Le matériel du rituel

    --> Des idées de questionnement

    --> Des activités ponctuelles autour de nombres remarquables

    --> Une séance presque "en live"

    --> Un petit blabla sur l'évaluation

    D'autres articles ICI


    67 commentaires