• Il m'arrive fréquemment de rebondir sur une remarque ou une question par un "nous en parlerons au conseil de classe". Temps d’échange autour de la vie de la classe, le conseil a lieu tous les vendredis en fin de journée. C’est un des moments très bien repéré par mes élèves, ils l’attendent avec impatience et anticipent sur leurs interventions plusieurs jours à l’avance.

    C’est le siège des décisions collectives sur l’organisation de la classe : projets, organisation spatiale, achats…On y rappelle aussi les règles de la classe, on recadre si nécessaire certains comportements : rang, bavardages…C’est aussi le moment pour chacun de présenter individuellement une idée, un objet, un exposé…

    Il s’organise essentiellement autour de l'ouverture de la boîte à messages et son déroulement est très ritualisé (comme d'hab' ...). Après la dernière récréation, les élèves disposent les tables en U et l'un d'eux déclare le conseil ouvert. Je note sur un cahier le contenu des échanges. Selon les années et les aptitudes de mes élèves, je peux me décentrer en donnant le rôle de secrétaire à l’un d’entre eux.


    • Rappel des décisions : Je relis les conclusions du précédent conseil, le groupe échange sur ce qui a fonctionné ou pas. Je note les noms des élèves souhaitant présenter quelquechose à la classe à la fin du conseil.
    • Ouverture du tiroir à idées : Je lis les messages postés par les élèves, ils éclaircissent leur propos et l'argumentent. Le groupe accepte ou non les idées proposées, il peut y avoir vote à main levée. Je note dans le cahier les idées validées.
    • Ouverture du tiroir des râleries : Je lis les messages postés par les élèves, ils étayent leurs propos. Le groupe cherche un moyen de régler le conflit. Parfois je propose mes propres râleries, cela permet de revenir sur certaines règles de vie (ex : je ne suis pas satisfaite du comportement dans les couloirs…)
    • Ouverture du tiroir des compliments : Je lis les « mots doux » contenus dans la boîte, chaque élève est amené à justifier son propos.
    • Partages : Les élèves inscrits en début de séance présentent à la classe un objet, un article, une chanson, une danse qu’ils ont envie de partager avec leur camarades. Les autres doivent écouter attentivement, ils peuvent poser des questions.
    • Conclusion : Je fais un bref rappel des décisions prises, et un élève déclare le conseil fermé. 

      Le conseil


    Le moment du « partage » peut vite devenir émouvant (une élève y a apporté un dépliant sur la maladie de sa maman), drôle (un de mes élèves faisait régulièrement un numéro de clown), voire magique (il y a deux ans une de mes élèves chantait des berceuses en portugais qui « scotchaient » même mes grands pré-ados). 

    Voici quelques liens vers d'autres pratiques, d'autres mises en œuvre : chez Romy, chez Marevann, dans un cours multiniveau, chezLutinBazar, chez Lakanal, dans une classe Freinet 

    Le conseil de classe permet bien sûr de travailler les objectifs des compétences 6 et 7 du LPC. Bientôt un article .

    image : http://recitpresco.qc.ca/


    5 commentaires
  • Voici un de mes outils de classe préféré . Il s’agit d’une boîte mise à disposition des élèves et destinée à recueillir - comme son nom l’indique - leurs messages : un tiroir pour les idées, un tiroir pour les râleries et un autre pour les compliments.

    La boîte à messages

    Les élèves peuvent tout au long de la semaine remplir des petites fiches qu’ils déposent dans la boîte. Quelques règles sont imposées :

    Pour écrire tes messages

    -Utilise les petits papiers disponibles

    -Demande de l’aide si nécessaire

    -Ne t’inquiète pas pour l’orthographe

    -Signe ton message

     Quand écrire tes messages

    -Pendant le « temps libre »

    -Quand tu as fini ton travail

     ATTENTION

    Il est interdit d’écrire des messages volontairement méchants ou insultants

    Les messages sont lus lors du conseil de classe. Voici des exemples de messages reçus l’an dernier.

    On pourrait faire du cirque ?

    J’aimerais changer de place

    P. arrête de me suivre !

    O. m’embête

    M. est rigolote

    J’aime B.

    H. est mon ami

    Dans le tiroir « idées », les élèves proposent des modifications du fonctionnement de la classe (changer l’heure d’EPS, changer de place…), ou des thèmes de travail qu’ils souhaiteraient aborder (la préhistoire, apprendre le chinois…). Ces idées sont lues lors du conseil de classe. On en discute en groupe, elles peuvent faire l’objet d’un vote (afficher un poster rapporté par un élève), d’une période d’essai (changement de place) ou d’un rejet (pas au programme…). Parfois je mets moi-même des messages dans ce tiroir, pour lancer un nouveau projet ou présenter une nouvelle règle de vie.

    Le tiroir « râleries » est un moyen très efficace de régulation non violente des conflits. Quand un enfant vient se plaindre d’un autre (chamailleries, conflit à propos d’un jeu…), et qu’il ne s’agit pas d’une situation devant être réglée immédiatement (violence par exemple), je lui demande d’écrire l’objet de son mécontentement dans la boîte à râleries. J’observe alors plusieurs choses. Si l’élève ne prend pas la peine d’écrire son message, c’est que le conflit est anodin et je refuse d’en entendre à nouveau parler. Quand le conflit est sérieux aux yeux de l’élève il prend le temps d’écrire un message. Il le retire parfois avant le conseil de classe s'il considère que c'est réglé. Dans le cas contraire, le message est lu lors du conseil où le groupe échange sur l’origine du conflit (malentendu, moqueries…) et les meilleurs façons de le gérer (savoir dire non, écrire un mot d’excuse, faire intervenir l’adulte…). Passer à l’écrit aide à prendre du recul sur une situation, à mieux en apprécier les enjeux pour soi et pour les autres. De mon côté, je ne m’épuise plus à essayer de régler les "histoires" sur la cour de recréation ou les « embrouilles » quotidiennes.

    Le tiroir « compliments » est un peu le pendant du précédent. Les élèves y glissent des « mots doux » à destination de leurs camarades (Ex :P. est gentille). Lors du conseil de classe, je demande à l’auteur du compliment de préciser sa pensée, de nous expliquer ce qu’il a voulu dire, de donner des exemples (Ex : parce qu’elle m’aide). A moyen terme, aucun élève n’est laissé sur le carreau, et je glisse parfois mes propres compliments pour que chacun se sente valorisé (Ex : je suis contente des efforts de K. cette semaine). Le moment de la lecture des compliments est un réel plaisir pour celui qui l’a écrit, celui qui le reçoit et pour la maîtresse qui aime finir la semaine sur une note sereine !


    La boîte à messagesBien sûr tous mes élèves n’écrivent pas de manière autonome. Ils peuvent alors demander de l’aide à « un grand » ou dessiner leur message. Cette année j’ai construit à partir des difficultés principales rencontrées l’an dernier, un petit dictionnaire pour les aider à devenir plus autonomes.

    En trois ans de pratique j’ai vu des élèves, souvent rebutés par la production d’écrit, se mettre spontanément à essayer de traduire leur pensée sur le papier.

    Le fait que j’arrive à décoder leurs messages (avec plus ou moins de mal  ) favorise la prise de conscience de la fonction de communication de l’écrit. Certains déposent dans cette boîte des messages qu’ils n’osent pas me dire de vive voix (Ex : C’est long les rituels pour moi..). Ils s’entraident et réfléchissent à plusieurs sur l’orthographe des mots et utilisent les affichages de la classe qui prennent alors tout leur sens.

    Je reprends leurs maladresses syntaxiques et orthographiques à l’oral. Elles peuvent aussi, selon leur fréquence, faire l’objet de « leçons » plus formalisées lors des temps d’étude de la langue. Bientôt, un lien .


    Ici un lien vers les cartes "compliments" éditées par l'OCCE : --> ICI  et vers l'aide-memoire -->  ICI



    7 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique