• Dans le prolongement de la séquence sur le plan de la classe, voici celle sur l’école. Elle s’intègre dans le même projet pluridisciplinaire et est fortement liée au projet de réalisation du trombinoscope des adultes de l’école. Elle s’étale sur un assez longue période, le temps pour les élèves de « vivre » suffisamment l’espace pour pouvoir s’y projeter puis le représenter.

    Mon objectif est à terme de rendre mes élèves capables de donner des directions. Par exemple au chauffeur de taxi, de retour du CMPP (et trouvant la classe vide comme d’habitude), ils devront savoir expliquer où a lieu la répétition de chorale en indiquant des directions plutôt qu’en répondant « Chez Mr Pinson » (alors que le pauvre chauffeur n’a aucune idée de qui est ce Mr Pinson). Il leur faudra pour cela avoir intégré le plan de l’école et maîtriser le vocabulaire topologique. C’est dans cette optique que pratiquement toutes les séances ont à la fois un objectif mathématique un objectif langagier.

    Fiche séquence --> ICI

    Le plan de l'écoleEn début d’année, une visite de l’école s’impose à la fois pour les nouveaux élèves mais aussi pour les anciens qui ont besoin de se remettre en tête le nom et la fonction de chaque pièce et de chaque personne qui y travaille.

    Rapidement j’organise un brainstorming au cours duquel les élèves doivent lister le plus de mots possibles en lien avec notre école. Nous organisons leurs propositions sous forme de carte heuristique illustrée et affichée dans la classe. 

    En parallèle, les élèves réalisent le trombinoscope des adultes, avec des photos mobiles, qui reste lui aussi visible en permanence. J’organise des jeux de catégorisation ou les photos sont groupées selon des critères proposés par les élèves : selon le sexe de la personne, par cycle d’enseignement, par bâtiment, par étage,  par fonction… Associer le lieu à la personne qui l’occupe devient vite assez facile et aide beaucoup au repérage dans les locaux.

    Le plan de l'écoleLa plupart de mes élèves ont besoin d’être mis en situation régulièrement pour petit à petit passer par les mots ou le dessin plus que par le corps. C’est pourquoi j’organise des chasses au trésor (trouver une pièce à l’aide d’une photo mystère) ou des parcours codés « grandeur nature » en alternance avec un travail plus abstrait directement sur la maquette ou le plan.

    Fiche de préparation de la chasse aux trésors et matériel pour motiver les élèves --> LA et LA

    La maquette est réalisée en groupe, lors d'une séance ou je demande aux élèves d'observer un prototype, de lister le matériel nécessaire et de programmer leur construction. Pour le plan, c'est très facile, il suffit d'utiliser le plan d'évacuation affiché dans les couloirs de l'école !

    L’évaluation régulière de leur maîtrise du vocabulaire me permet d’ajuster les objectifs des séances pour cibler leurs besoins langagiers. Il est alors possible de travailler en classe entière en adaptant supports, objectifs et étayage au projet de chaque élève.

    Analyse des besoins des élèves (très spécifique à la classe évidemment mais pouvant donner des pistes de réflexion) --> ICI

    Exemple de séance en classe entière (séance du jour J au CAPA-SH ) --> LA

    Et vous, vous faites comment dans votre école ? 



    6 commentaires
  • La météo

    Chaque matin, un petit coup d’œil par la fenêtre et sur le thermomètre extérieur nous donne la météo du jour. L’an dernier nous avons utilisé un tableau de  suivi pour comptabiliser  régulièrement le nombre de jours de pluie ou  de beau temps sur notre ville et pour essayer d’avoir un regard objectif sur la météo réputée difficile de notre blanche cité. L’élève responsable choisit l’étiquette adéquate sur l’affichage de gauche, la place sur l’ardoise et écrit au marqueur effaçable la température du jour. Il complète ensuite le décompte par un trait sur le tableau. En fin de mois, après un bilan oral puis écrit, les marques sont effacées pour redémarrer au mois suivant.  

    Nous en sommes restés à un simple recensement. La météo Il m'a semblé intéressant d’aller plus loin et de faire du lien entre Découverte du Monde et Mathématiques en faisant construire des graphiques à mes élèves. Ils auront chacun dans leur journal de classe à compléter un « graphique en barre » en coloriant chaque jour la case appropriée. Mes élèves les plus avancés auront aussi à compléter une courbe d’évolution des températures (simplifiée d’après le modèle proposé ICI par LutinBazar). Ces tracés seront le support d’une analyse objective de la météo du mois écoulé (combien y a-t-il eu de jours de pluie, de soleil, la température a-t-elle augmenté, baissé, de combien ?...), et leur comparaison aidera mes élèves à conceptualiser la notion de saison (sauf si la météo s’emballe et « qu’il y a plus d’saison ma pov dame ! »).

    Cette année, je déplace ce rituel pour qu’il se déroule au retour de la 1ere récréation (on s’est rendu compte  qu’à 9h on n’a pas encore assez de recul pour qualifier le temps qu’il fait…surtout ici où ça change très vite !).

    Télécharger les étiquettes Météo ---> ICI

    Télécharger les graphiques à compléter --> LA



    15 commentaires
  • Voici un autre jeu de topologie retravaillé à partir du jeu PLACER. Il est utilisable comme un loto ou en individuel avec divers objectifs : comparer des images, décrire une image ou reconnaître la reconnaître à partir de sa description, trouver l’image correspondant à un terme topologique et justifier son choix par une phrase, lire une phrase et l’associer à une image…

    Sur chaque planche, l’objet dont on étudie la position est celui qui est en couleur.

    N’hésitez pas à me signaler si vous voyez des erreurs !

    Planche 1 --> ICI

    Planche 2 --> LA

    Planche 3 --> PAR ICI

    Planche 4 --> PAR LA

    Loto Topo

     


    1 commentaire
  • Voici un petit jeu de loto pour travailler le vocabulaire topologique. Les illustrations un peu désuètes mais fonctionnelles proviennent du jeu « Placer » des Jeux du Coquelicot. Je l’ai trouvé incomplet en brocante, scanné et retravaillé. J’ai ajouté des cartes textes pour les élèves lecteurs. Le but du jeu bien sûr peut-être d’apparier les images simplement en les observant mais surtout d’utiliser le vocabulaire en « émission » (décrire la carte tirée au sort) et en « réception » (retrouver l’image sur sa planche de jeu).

     

    Les planches sont ICI.

    Les cartes images sont LA.

    Les cartes textes sont ICI.

    Un jeu pour utiliser le vocabulaire topologique

     


    7 commentaires
  • Une séquence : le plan de la classeVoici une séquence que j’ai mise en place deux années de suite dans ma classe (j’ai eu beaucoup de nouveaux l’an dernier). Si vous débutez en CLIS, c’est un projet facile à mettre en place, motivant pour les enfants et pour l’enseignant (on voit rapidement des progrès). On trouve sur le net beaucoup d’idées de progression, la mienne n’a donc absolument pas valeur d’exemple. Elle fonctionne avec un public hétérogène, et permet un travail en classe entière ce qui est plutôt confortable. Les documents que je mets en ligne sont bien sûr spécifiques puisqu’ils s’appuient sur les besoins de mes élèves. A vous de les transférer à votre classe si vous êtes intéressés !

    La séquence s'inscrit dans un projet  global autour du plan de la classe, de l'école et du quartier qui permet de travailler simultanément des compétences des piliers 3, 5 et 7 du Socle Commun des Apprentissages (palier 1 et palier 2), ainsi que les compétences de l’item « Découvrir le monde » des programmes de maternelle.

    ---> Organigramme

    ---> Fiche séquence

    L'an dernier, pour mes élèves, le projet de réaliser le plan de la classe a émergé suite à la réception des premiers courriers des correspondants, mais de toute façon l’enrôlement n’est pas difficile, ce thème touche à leur quotidien et les intéresse spontanément.

    Je commence par leur demander de dessiner le plan de la classe « comme ils pensent qu’il faut faire ». Je prends ensuite un temps pour analyser leurs productions, les classer, faire le lien avec leur maitrise du vocabulaire topologique.

    ---> Analyse des productions

    J’avais un peu de craintes à l’idée de leur faire comparer leurs productions mais en faisant attention à faire ressortir quelquechose de positif sur chacune d’elles, de lister ressemblances et différences, c’est passé tout seul. Pour motiver la suite du travail, on est parti du constat de la difficulté de représenter les éléments de la classe « de dessus », de ne pas en oublier et de les placer les uns par rapport aux autres.

    Pour faciliter la visualisation « de-dessus » des éléments de la classe, l’idée de fabriquer une maquette émerge rapidement…Les élèves ont bien proposé d’autres solutions (casser le toit et survoler la classe en hélico..) mais elles étaient trop coûteuses. C’est ma collègue de CE1 qui avait vu sur le site de Lilipomme l’idée d’utiliser des sucres pour symboliser les meubles. J’ai donc fourni des sucres en pierre et un couvercle de boite de feuilles A4 sur lequel j’ai dessiné portes, fenêtres et tableaux pour qu’il soit orienté. Au cours de cette séquence j’ai fait le choix de constituer des groupes hétérogènes, ou « les grands » font office de tuteurs et aident à canaliser les plus jeunes. Les voici au travail !

    Une séquence : le plan de la classe

    La suite est en partie dans les fiches de préparation (il y a quelques décalages avec ce qui est prévu dans la séquence, adaptation au contexte oblige...), je vous mets aussi un lien vers un document modifiable avec le plan de ma classe (si vous avez Publisher, ce vous fera une base à transformer). Dans la même veine, je vous propose bientôt (si ca vous intéresse ) la séquence très ressemblante que j’ai mise en place sur le plan de l’école.

    ---> Séance 1 

    ---> Séance 2 

    ---> Séance 3

    ---> Séance 4

    ---> Séance 5

    ---> Plan sous publisher



    9 commentaires
  • Voici quelques pistes sur le repérage de la droite et de la gauche, bidouillées à partir d’informations récoltées ça et là lors de la préparation du CAFIPEMF.

    La latéralité, c’est le fait qu'il y ait une différence entre le côté droit et le côté gauche du coprs. Cela ne concerne pas seulement les mains, mais aussi les yeux, et tous les organes pairs. Il y a dominance d'un côté du corps sur l'autre : on vise avec un œil plutôt que l’autre, on prend appel sur un pied plutôt que l’autre, on est droitier ou gaucher.

    Lu sur wikipedia : Nous comptons dans notre société actuelle 87% de droitiers, 12% de gauchers et moins de 1% d'ambidextres (qui utilisent indifféremment ses deux mains, avec une égale facilité).

    La différence entre les deux côtés commence à se mettre en place vers l’âge de 3 ans. Pour les tâches de motricité fine (écriture, découpage...), la différence entre main droite et main gauche se stabilise vers l’âge de 6-7 ans (ou pas …). C’est en Grande Section que la distinction Droite/Gauche (la latéralisation) apparaît explicitement dans les IO :

    Se repérer dans l’espace : Tout au long de l’école maternelle, les enfants apprennent à se déplacer dans l’espace de l’école et dans son environnement immédiat. Ils parviennent à se situer par rapport à des objets ou à d’autres personnes, à situer des objets ou des personnes les uns par rapport aux autres ou par rapport à d’autres repères, ce qui suppose une décentration pour adopter un autre point de vue que le sien propre. En fin d’école maternelle, ils distinguent leur gauche et leur droite. Les enfants effectuent des itinéraires en fonction de consignes variées et en rendent compte (récits, représentations graphiques). Les activités dans lesquelles il faut passer du plan horizontal au plan vertical ou inversement, et conserver les positions relatives des objets ou des éléments représentés, font l’objet d’une attention particulière. Elles préparent à l’orientation dans l’espace graphique. Le repérage dans l’espace d’une page ou d’une feuille de papier, sur une ligne orientée se fait en lien avec la lecture et l’écriture.

    Pour nos élèves, la multiplication des « encodages » favorise l’acquisition des concepts de droite et de gauche.

    Encodage affectif et kinesthésique : D.Dumont propose tout d’abord des petits tests pour repérer la latéralité des élèves. Ensuite, elle fait appel à des repères  extérieurs chargés affectivement, en lien avec des histoires racontées en classe par exemple (ICI).

    Aux Etats-Unis, j’accrochais un bracelet au poignet droit de mes élèves pendant les premières semaines de classe, à chaque fois que nous parlions de droite ou de gauche c’était en y faisant référence.

    Les enfants ont aussi leurs repères personnels : la droite c’est du côté où j’écris, la gauche c’est du côté où j’ai un grain de beauté…

    Encodage visuel : Les couleurs favorisent l’encodage visuel : je garde le vert pour la droite et le rouge pour la gauche. Les affichages sont aussi un support intéressant : au tableau face aux élèves (--> ICI ), ou sur leur pupitre (une gommette verte à droite, une rouge à gauche).

    Droite et gauche

    Droite et gauche

    De nombreux moyens mnémotechniques existent, celui-ci me plait particulièrement : visualisez un mot qui commence par G et se termine pas D,  choisissez celui que vous préférez (Ex : GéralD  ).

    Si vous avez d’autres astuces, je suis preneuse ! N’hésitez pas a partager ce que vous avez mis en place dans vos classes.

    Voici quelques liens  :chez loupglacé, chez gommetgriboullages, chez Lakanal.

    A venir, des pistes sur les capacités de décentration : en quoi c'est une capacité essentielle, des exemples d'evaluation...



    7 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique