• Voici la suite de mon lutin de sons. Il s'agit des supports pour le son [y], avec encore et toujours  la même trame. Petite précision tout de même suite à la question de Petite Julie sur la partie "PHONO" : avec le groupe des petits je travaille pour l'instant avec les syllabes comme supports, et non pas les phonèmes. De plus nous parlons de syllabes orales. C'est pour cela que des mots comme "lunettes" peuvent se retrouver dans la catégorie "j'entends le son au début du mot", autrement dit dans la première syllabe.

    Le lutin de sons : le son [y]

    Le lutin de sons : le son [y]

    Le lutin de sons : le son [y]

    Le lutin de sons : le son [y]

      Fiche de présentation et fiches synthétiques son [y] -- >  ICI

      Exercices de phono son [y] -- > LA

      Exercices de lecture : décodage du son [y] -- > LA

      Exercices d’écriture : codage du son [y] -- > ICI

      Pour obtenir le fichier modifiable de Charivari sur l'encodage du son [y] --> ICI

     


    votre commentaire
  • Quelques petites reflexions mignonnes de ce mois d'octobre


    C'est trop bien la Clis

    G. : Y'en a un dans mon quartier il dit que la Clis c'est nul, on est tout le temps en sortie

    Moi : Et tu lui as répondu quoi ?

    G. : Ben c'est pas vrai, des fois on est en sortie, des fois on est à la pêche !

    Grandeurs et mesures (bis)

    I.: C'est drôle j'ai pied dans la piscine cette année, je pense que c'est parce qu'ils ont réglé le fond...

    Semaine du gout

    J. : J'aime bien la salade de fruits mais pas quand il y a des fruits.

    H : Ben c'est juste une salade alors...

     


    Bonnes vacances et RDV fin novembre !



    2 commentaires
  • J'ai vu dans la classe de mon collègue/comparse/ami Fred un travail sur l'album « Prouts de mammouth », j'ai acheté l'album, l'ai rangé dans un placard puis totalement oublié. Quelle erreur! C'est un super support pour mener tout un tas d’activités rigolotes pour travailler les rimes.

    Les prouts de la classe

    Je commence par lire l’album, puis nous discutons sur chaque double page pour comprendre le lien entre l’animal en question et la situation proposée par l’auteur. Nous repérons aussi les rimes : est-ce la dernière syllabe qui est identique, ou juste de dernier son (dragon / caleçon…ma préférée) ?

     En collectif nous cherchons des rimes pour chaque prénom de la classe, nous essayons de trouver une situation rigolote pour chacun

    Je mets le tout en page et j’imprime un exemplaire du livre des « prouts de la classe ». Après quelques semaines, je propose aux élèves d’inventer d’autres situations pour compléter notre livre.

    Les prouts de la classe

    Les prouts de la classe

    Les prouts de la classe

    J’annonce que nous allons par exemple chercher d’autres idées pour Marie-Sophie, SuperJaimie ou Lorie. Je constitue 3 équipes à qui je donne 5 ou 6 images de l’imagier PHONO. Elles doivent conserver uniquement les mots qui riment avec les prénoms du jour, se débarrasser des autres (dans une petite poubelle comme celle qui est LA ...) en étant capables de justifier leur choix. Chaque équipe invente ensuite des situations à illustrer pour notre album à partir des images conservées. Le secrétaire de l’équipe écrit les idées sur la feuille de route et en collectif on vérifie si la consigne a bien été respectée.

    Pour faciliter la mise au travail, je compose les équipes, choisis le secrétaire et repartis les rôles . Selon la les groupes, j’inclus des « pièges » avec des mots finissant par des sonorités proches du son du jour, ou encore des mots contenant ce son mais pas en position finale. Je sélectionne des mots qui permettent de faire rimer toute la dernière syllabe (SuperJaimie /fourmi) ou juste le dernier son (Lorie / radis). Une fois les propositions validées je demande aux élèves de réfléchir aux illustrations : un simple dessin, un mélange photo/dessin, une mise en scène… On recommence pour les autres prénoms de la classe et notre album s’épaissit de semaine en semaine. Bon…j’ai une petiote qui me dit que les prouts c’est dégoutant et qu’elle ne veut pas être dans le livre...mais elle rigole tout de même bien quand on le raconte !

     


    6 commentaires
  • Une fois convaincue de l’intérêt que peut représenter la représentation des idées sous forme de carte heuristique, la question du « comment je démarre ? » reste posée … Comment donner envie aux élèves de se lancer dans un exercice nouveau, sans être trop dirigiste, pour en obtenir un outil à la fois fonctionnel et personnel … Je vais essayer de vous résumer la démarche adoptée il y a trois ans.

    Lors des séances de vocabulaire, nous organisons régulièrement des brainstormings. Je demande à mes élèves de fermer les yeux et de « visualiser » ce qui leur passe par la tête à l’annonce du thème de la séance. Durant 1 semaine ou 2, nous balayons des thèmes aussi divers que la classe, l’école, le sport, le football ou la famille… Je prends notes de leurs propositions sur une feuille A3, en respectant l’ordre de leurs prises de parole et en variant d’une séance à l’autre la façon de les présenter : une simple liste de mots, une liste de symboles, une « étoile » autour du thème central, certains mots écrits en couleurs, certains mots écrits en capitales… Lors de la phase de synthèse je leur demande de décrire les listes ainsi établies et j’obtiens des réflexions comme « c’est bien rangé », « c’est en bazar », « c’est facile à lire même pour les petits à cause des dessins », « aujourd’hui t’as mis des titres »… En parallèle j’utilise l’outil CATEGO de Sylvie Cèbe et mes élèves prennent petit à petit conscience des notions de termes génériques (les ours, les oiseaux) et de termes spécifiques (le grizzli, le canari….).

    Se lancer : une carte pour ranger les idées

    Je leur demande ensuite comment on pourrait faire pour que les idées soient encore mieux rangées et ils proposent assez rapidement de mettre les mots ensemble, par exemple sur le theme de l'automne : « le pantalon ça va avec le manteau, c’est des vêtements d'automne ». Pour représenter ces groupements, je leur propose d’utiliser des couleurs pour souligner ou entourer les groupes de mots. Je note dans la même couleur le nom de la catégorie s’ils le trouvent spontanément. Je finis par leur suggérer que si on regroupait directement les mots d’une même couleur sur un même espace ce serait encore plus clair.

    Lors de la séance suivante, je leur projette des cartes heuristiques réalisées par d’autres enfants et piochées sur le net, nous les comparons avec des photos de « neurones » (beurk, on a ça dans le cerveau maîtresse...), une silhouette d’arbre sans feuilles, des racines… Ils y repèrent l’usage de couleurs, de « dessins », de flèches et je leur apporte quelques termes « techniques » pour créer un lexique commun : « ça s’appelle une carte d’idées », « il y a une image centrale », des « grosses branches », des « petites branches », « ce ne sont pas forcement des dessins mais des symboles »…

    On reprend ensuite les notes sur le thème et en collectif nous essayons de passer à une représentation sous forme de carte. Chaque catégorie devient une « grosse branche » et chaque élément de la catégorie, « une petite branche ». On cherche des symboles compréhensibles par tous (pour les oiseaux migrateurs : on dessine un oiseau et on le barre) un moyen de relier des idées qui ne sont pas sur la même branche ( les oiseaux s’ils partent c’est à cause de la météo, alors on relie la branche météo à la branche oiseau migrateur avec une flèche), on se met d’accord sur ce qu’on va faire des représentations personnelles (par exemple, pour K. cette année, l’automne c’est quand sa tata va accoucher).

    Se lancer : une carte pour ranger les idées

    On peut choisir de leur faire réaliser une carte individuelle, sur le « modèle » de la carte collective, en différenciant les outils disponibles (branches déjà tracées ou non, illustrations toutes prêtes ou non…). Le coté rassurant du modèle permet de s’attarder sur les aspects formels de la carte et de poser les bases de la technique pour passer ensuite à des réalisations plus personnelles

    J'affiche la carte collective dans l’espace dédié aux cartes « pour ranger les idées ». D’autres espaces contiennent au fur et à mesure de l'avancement de l’année « les cartes pour mémoriser », « les cartes pour rêver », et « les cartes pour raconter ».

    Ma démarche n'est pas figée car je m'appuie sur les habitudes des anciens pour "initier" les nouveaux élèves, c'est d'ailleurs amusant de voir que les séances de brainstormings ont évoluées depuis 3 ans : les élèves ne restent plus centrés sur eux-mêmes, ils s’autorisent à rebondir sur les idées de leurs camarades, à lier leurs connaissances entre elles et à celles des autres en organisant directement le propos « collectif » par catégories.

    Pour télécharger un exemple de fiche de prep  --> ICI


     


    10 commentaires
  • Upgrade : changement de decor


    1 commentaire
  • Voici une activité que je propose au cours de l’étude d’un son, après la phase de recherche des différentes graphies possibles et l’élaboration d’une liste de mots à connaître. Elle est inspirée d’une idée de l’ouvrage de Retz :« Aider les élèves en français et en maths ». C'est une variante ludique des dictées négociées ou Ateliers de Négociation Graphique et une version simplifiée de ce qui est proposé ICI autour de dictées de phrases. 

    Il s’agit d’encoder un mot en équipe, en allant chacun son tour écrire une lettre de ce mot sur une bande de papier qui sera ensuite affichée au tableau pour comparer les productions. Par exemple, le mot [chat].

    La dictée en équipe

    Ce travail concerne 9 des mes élèves que je répartis en 3 équipes (la composition des équipes se fait en tenant compte des relations entre mes zozos et de leurs compétences en orthographe).

    Je prépare donc une bande de papier pour chaque équipe. Pour l’instant, pour limiter les variables et aider mes élèves, j’ai choisi de faire apparaître le nombre de lettres à trouver.

    A l’aide d’une illustration on détermine le mot à écrire. Je laisse un temps de réflexion par équipe où j’observe les stratégies. Certains comptent le nombre de syllabes, certains décomposent en phonèmes directement, certains voient tout de suite qu’il va y avoir des pièges (accents, lettres muettes). Ils commencent à se repartir les lettres à écrire. Apres ces quelques minutes d’échanges le premier joueur de chaque équipe va écrire la première lettre du mot, puis le second va écrire la deuxième etc…

    Quand un joueur est perdu, il peut se tourner vers son équipe pour obtenir de l’aide. Des désaccords peuvent apparaître, les élèves doivent alors défendre leur point de vue en se justifiant, entendre les explications de leurs co-équipiers et éventuellement réajuster leur proposition.

    Pour éviter les impasses et les disputes, on a institué que c’est celui dont c’est le tour d’écrire la lettre qui a la décision finale, il peut ne pas tenir compte des conseils de son équipe, mais devra en « assumer » la responsabilité.

    Si la demande est justifiée (« dans notre équipe on pense qu’il y a une lettre muette mais on ne sait plus laquelle »), je peux les aider en proposant un mot de la même famille par exemple.   La dictée en équipe

    Quand les trois équipes ont fini, on affiche les productions au tableau. Une nouvelle phase de discussion peut s’entamer en cas de désaccords et si nécessaire pour clore le débat on fait appel au lutin de sons ou au dictionnaire.

    Le comptage des points est facultatif mais il donne un aspect ludique à l’activité. Quand la correspondance phonie/graphie est respectée, l’équipe marque systématiquement 1 point, et 1 point de plus par lettre correcte (accentuation comprise). Je garde une trace des graphies qui ont posé problème pour proposer les mêmes mots lors de séance ultérieures.

    D’une séance à l’autre, j’essaye de faire tourner les équipes pour conserver l’idée de coopération et éviter l’aspect compétition qui bloquerait certains de mes zozos. Je choisi 3 ou 4 mots par séance dans la liste du lutin de sons.

    Mes élèves ont tout de suite accroché. C’est très ritualisé donc facile à mettre en œuvre, valorisant pour des élèves en difficultés tant les progrès sont visibles et ça fait marcher à plein tube le conflit socio- cognitif !



    4 commentaires
  • Avec du retard voici la suite de mon lutin de sons. Il s'agit des supports pour le son [i], pour lesquels j'ai gardé la même trame afin de faciliter la mise au travail de mes élèves. Le bilan sur le son [a] est plutôt positif, des progrès au cours des activités d'encodage sont visibles même chez les plus faibles lecteurs, et les plus avancés commencent à bien mémoriser l'orthographe des mots courants grâce entre autres au travail de "dictée en équipe". Dites moi si vous voyez des coquilles...39 de fièvre tout le week-end, j'ai le cerveau ramollo!

    Le lutin de sons : le son [i]

    Le lutin de sons : le son [i]

    Le lutin de sons : le son [i]

    Le lutin de sons : le son [i]

      Fiche de présentation et fiches synthétiques son [i] -- >  ICI

      Exercices de phono son [i] -- >  LA

      Exercices de lecture : décodage du son [i] -- >  LA

      Exercices d’écriture : codage du son [i] -- >  ICI

      Pour obtenir le fichier modifiable de Charivari sur l'encodage du son [i] --> ICI



    8 commentaires
  • Bon ce n'est pas du Luc Besson mais on fait avec ce qu'on a ! Pêchées par une journee ensoleillée, et après avoir subi un week-end à 30 degrés dans la classe et un changement d'eau pour cause d'eutrophisation du milieu...voici quelques-unes de nos bébêtes en action.  J'attends que tout ça soit en équilibre pour ajouter d'autres bestioles et quelques algues.

     



    2 commentaires
  • Voici la première lecture suivie pour cette année : Le Monstre du Tableau de Meli Marlo. C'est un petit roman très abordable, court et amusant qui me permettra de lancer divers projets de groupes autour de l'alphabet.Le monstre du tableau

    Vous trouverez beaucoup de ressources sur la toile pour exploiter cet ouvrage. 

    Chez Moustache à la lettre M of course-- > clic

    Sur MaterAlbum -- > clic

    Chez Kalalonea -- > clic

    Chez Gahlia -- > clic

    Chez Kikie  (avec des idées pour différencier) -- > clic

    Chez Corinne -- > clic

    Voici le livret que je proposerai à mes zozos : tout simple pour démarrer en douceur. Pour m'y retrouver j'ai ajouté des petits blasons de couleur sur chaque page selon les groupes de besoins correspondant.

    Le monstre du tableau

    Le monstre du tableau

    Le monstre du tableau

    A télécharger --> ICI et pour le texte en version codée c'est LA .



    8 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires